Destination Antilles 2014/2015 – la traversée-

Vous savez quoi ? et bien non ! pardi ! question idiote bien sur ….vous ne pouvez pas savoir mais  je vais vous  le dire…..

On se verrait bien passer un hiver complet aux Canaries, quelques jours dans les pièges à touristes et plus de temps dans les endroits moins fréquentés et il y en a beaucoup aux Canaries. Ici la vie est cool et en général les iliens sont plutôt sympa mais cette année nous avons prévu de retourner aux Antilles alors il nous faut partir.

Après une semaine de farniente, de promenades et de préparation du bateau nous mettons le cap sur Grenade aux Antilles le 23 décembre à 16h50.

Dés la sortie du port nous sommes surpris de trouver une mer très agitée dans un petit vent de 10nds de Sud Est. On ne comprend pas pourquoi la mer est dans un tel état ? On trouve ce départ un peu dur !

L’eau est à 19.8°. le baro à 1018hp, il y a de la brume. Nous longeons La Gomera direction Hiéro que nous laisserons à Tribord. A 20hoo nous prenons un ris, puis un deuxième, puis quelques tours de génois ! Le vent est plus fort que prévu ? Ou c’est l’influence des iles ?

Il est 3h45 lorsque nous doublons Hiéro située à 10M sur notre tribord. Cap direct sur Grenade. Reste à faire 2634M et comme nous en avons fait 50 cela nous donne 2684M à faire. Le vent d’Est est fort, 20nds avec rafales. Nous naviguons avec deux ris dans la grand voile et un demi génois. Il fait beau.

Nous faisons 126M pour nos premières 24H.

Pour Noel, le vent molli fortement et tombe aux alentours de 6nds ! il fait beau mais toujours cette brume tenace. En fait c’est du sable qui est dans l’air et qui donne cette impression de brume. Les bouts, les voiles en sont imprégnés. Nous ne marchons plus qu’a 3nds !

les cadeaux de Noel !

Une promenade dans le livre de bord nous rappelle  qu’il y a deux ans c’est aussi un 23 décembre que nous avions quitté les Canaries et Tazacorte pour le Cap Vert.

Pour la nuit nous optons pour deux voiles tangonnées en ciseaux. C’est une configuration qui permet de voir venir et de modifier facilement la voilure en cas de survente….mais c’est plutôt calme. Seulement 327M en trois jours !

bon j’te tiens……et une daurade !

et une autre !

Le 27 décembre gros soucis avec le frigo dont le moteur chauffe, il n’est plus refroidi par l’eau de mer qui ne passe plus ! Démontage du 1er filtre : encrassé ! Démontage du 2éme ; encrassé ! Nettoyage, remontage, ça ne marche pas !, démontage partiel de la pompe puis démontage complet, nettoyage, remontage ! Ouf ça remarche. On se voyait mal sans frigo avec une quantité de victuailles qui n’auraient pas tenu longtemps! Le nettoyage des filtres est fait régulièrement mais il va falloir le faire encore plus régulièrement ! c’est surement la conséquence du mauvais temps que nous avons subi au Portugal ou la mer était sale car trés agitée .

La moyenne remonte  à 139M / 24h dont 132 de rapprochement.

petite ballade dans le mât…..une drisse coincée !
on voit bien le sable jaune sur le pataras.

Le vent n’est pas régulier et nous oblige à beaucoup de changements de voiles.

A partir du 30 décembre, le temps change doucement, le ciel devient nuageux et à partir du 1ér Janvier un temps à grains s’installe, le vent forci d’un cran autour de 20/25nds voir plus sous les grains, la moyenne journalière augmente aussi vers 150M/24h. Camélia est moins confortable, on a du mal de rester dehors sous peine de se faire arroser par les embruns. Et pourtant on voudrait rester dehors car la température monte, l’eau est à 24.5° et il fait 24.8° dans le carré ! Mais bon on ne va pas se plaindre on est venu un peu pour ça aussi et puis en pensant qu’en France il fait froid, la chaleur devient plus supportable.

ho le vilain grain que v’là !

un peu de répit dans ce monde de brutes !

Le vent reste soutenu et nous tenons une moyenne de 140/150 milles par 24h.

Dans la nuit du 6 au 7  janvier  le temps se dégrade un peu plus. Camélia est copieusement rincé sous les trombes d’eau. Nous subissons des vents tourbillonnants, des éclairs impressionnants et des coups de tonnerre. Nous naviguons sous génois seul à demi roulé en tentant de suivre aussi bien que mal le vent en réglant le pilote par pression sur les  touches degré par degré à l’abri sous la capote. Pas question de sortir, c’est le déluge. Les câbles électriques venant du mât sont débranchés pour ne pas endommager les appareils si la foudre venait à nous tomber dessus. C’est impressionnant !

pain tout chaud à midi ……miam miam…

Finalement le génois finira par se mettre a contre et c’est avec l’aide du moteur que nous le remettrons en place, nous laisserons tourner le moteur 1 heure, le temps que le vent qui avait disparu revienne timidement autour de 10nds.

 

 

 

 

des sargasses ! rangeons les lignes !

La nuit suivante, nous subirons un gros coup de vent avec 40nds mais sans pluie et d’un coup le vent disparaitra complètement ! Le temps est vraiment bizarre ! Dans la journée le soleil qu’on n’avait plus vu depuis deux jours revient, le baro remonte et la température continue à monter ; l’eau est à 25.7°. Nous surveillons le ciel car c’est toujours un temps à grains !

on boirait bien l’apéro ce soir !

 

 

 

 

 

 

 

Le 11 janvier au matin nous apercevons, devant nous, notre 1ér voilier, ce doit être un cata. Nous a-t-il rattrapé et est ce nous qui le rattrapons ? S’il nous avait rattrapé on aurait du le voir dans la nuit ? Bizarre ! il restera sur notre bâbord mais toujours en vue. Le lendemain matin il sera sur notre tribord mais derrière nous. Nous allons donc plus vite que lui. Il disparaitra dans la matinée, nous pensons qu’il fait route sur la Barbade qui est à 45Milles sur tribord. Nous sommes surpris d’avoir rattrapé un cata sensé être plus rapide que nous ? Peut être un problème technique ? On ne saura pas, il n’a pas répondu à nos appels vhf.

le cata derrière nous à tribord.
la mer n’est pas très belle quand même !

 

Jusque l’arrivée, nous naviguerons sous ce temps à grains et nous sommes contents d’amarrer Camélia au ponton à Prickly bay le 13 janvier à 17H30 (heure locale)

 

Nous avons parcouru 2773 Milles en 21jours et 5 heures et une moyennes de 130.75M / 24h !

 

On est content de notre performance même si cette traversée restera une traversée difficile à cause du mauvais temps et de l’état de la mer que nous avons subi. Aucune comparaison avec la traversée idyllique que nous avions faite 2 ans auparavant ou nous n’avions pas eu une goutte de pluie de toute la traversée !

les leçons à retenir :

- partir des Canaries rallonge la route  de 600M. Je trouve plus sympa de descendre au Cap Vert et de traverser depuis Mindelo.

-De plus en plus de sargasses. nous avons du remonter les lignes plusieurs fois tant il y en avait. Peut être un avantage ? Elles doivent servir d’abri aux petits poissons !

-toutes les traversées ne se ressemblent pas mais ce qui est toujours sympa c ‘est que vent est toujours portant !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>