transat SAINT MARTIN – FAIAL

Depuis plusieurs jours, nous prenons notre fichier météo journalier. Il y deux choses qui nous embêtent :

Les vents au départ sont Nord Est de 25 nds et un puissant anticyclone à 1040hp nous barre la route des Açores avec des vents d’Est de 30 Nds.

Nous attendons que les vents du départ soient un plus Est pour partir, l’anticyclone aura le temps de se dégonfler avant qu’on arrive sur son passage. On pense qu’il nous faudra deux semaines pour arriver sous son influence donc c’est pas lui qui va  ou ne va pas motiver notre départ. Il est trop loin pour qu’on s’occupe réellement de lui mais on le surveille quand même il va influencer notre parcours à un moment ou à un autre..

En attendant, nous procédons à l’avitaillement et rendons une dernière  visite à  nos nouveaux amis car le départ est fixé à Lundi 22 avril 2013 dans l’après midi. C est à 15h00 locale que nous relevons l’ancre. Notre voisin de mouillage sort sa corne de brume pour nous saluer, ce qui réveille les autres plaisanciers qui nous saluent à leur tour et nous souhaitent bon vent.

 C ‘est sympa et on espère qu’ils seront écoutés…..

 Voilà 24h que nous sommes partis et comme prévu nous faisons du près dans 15 bon Nds de vent. Nous sommes donc bien cachés derrière la capote car de temps en temps quelques vagues ont la mauvaise idée de passer par dessus bord. Cela implique aussi que tous les capots sont fermés, donc il fait un peu chaud dans le bateau d’autant plus que nous avons fait du pain.

La bonne nouvelle, c’est que nous pouvons faire du près serré sans fatiguer l’équipage et le matériel. Nous avons fait 120M/24h avec un rapprochement de 96 M. On en espérait pas tant. Il nous reste en route directe 2079M à faire…une broutille

Nous cassons une ligne sur un bas de ligne en acier ! et sur l’autre nous ne retrouvons qu’un bout de mâchoire de thon ! puis en fin d’après midi de ce deuxième jour nous pêchons  une daurade de 1 ,37m….presque trop grosse pour nous deux, mais ça va améliorer l’ordinaire d’autant que nous avons loupé un thon ce matin et perdu une ligne cassée sur ……..un monstre sûrement ! La bête est énorme et presque aussi grande que le Mich mais il ne se tenait pas droit, because roulis !!!!

la daurade et le Mich !

Et comme tout va bien à bord , que nous sommes satisfait du cap que nous faisons en tout cas meilleur que ce qu’on espérait  on a du temps devant nous et il faut que je vous raconte :

Dimanche, veille du départ, je voulais terminer la page du blog sur St Barth avant de partir et comme la wifi marchait mal sur le bateau, je décide d’aller m’installer dehors devant la capitainerie. Mich qui ne veut pas venir avec moi et faire le poireau, me dépose avec l’annexe et va chercher du pain. Il doit me rejoindre à midi car nous sommes invité à l’apéro par Yvonne et Jean Alexis  sur Bigouz , des septuagénaires Bretons qui pétent la santé. Je me suis installé sur un ponton et je profite des derniers rayons de soleil Antillais en rédigeant mon blog. A midi j’attends le Mich mais je vois que l’annexe reste désespérément derrière Camélia ! Que fait ‘il ? a t’il oublié qu’on était invité pour boire un coup mais ça m’étonne il n’oublie pas ce genre d’invitation ! peut être s’est ‘il endormi ? bref je pars seul rejoindre nos amis. Le Mich arrivera une demi-heure plus tard, l’annexe tractée par une autre !!! Bizarre ! Bizarre !

Il raconte sa mésaventure :

Il va chercher du pain et arrive juste pour prendre le dernier pain, ouf ! Il descend dans l’annexe et repart au bateau. Il fait 200m et se rend compte qu’il a oublié le pain sur le quai. Il fait demi-tour. Le moteur cale, impossible de le remettre en route. Il prend les rames et tente de rejoindre le quai, mais le vent trop fort l’en empêche, il peut juste retourner au bateau qui est dans l’axe du vent….il attendra une âme charitable pour le remorquer jusqu’au port….adieu le pain. Et merci à Yvonne et Jean Alexis qui nous en donnerons……

Lundi, jour du départ, nous faisons l’avitaillent des produits frais et passons à la boulangerie. C’est Mich qui y va. On rentre au bateau, on range les courses et je propose qu’on aille immédiatement à la capitainerie faire la clearance de sortie et prendre une dernière douche avant midi. Il nous faut le porte monnaie pour payer la clearance. Mich me dit qu’il l’a posé sur la table à carte. Je ne le trouve pas, je vide mon sac pour vérifier qu’il n’y est pas….on cherche partout…..pas de porte monnaie. Mich se dit qu’il l’a peut être oublié à la boulangerie. Je le dépose au ponton, il me rejoindra à la capitainerie. Il revient avec le porte monnaie à la main , il l’avait oublié sur une table…….c ‘est une dame qui l’a déposé à la boulangerie…….elle a du lui taper dans l’œil la boulangère ….c ‘est pas possible..

L’après midi on range le bateau et on s’apprête à lever l’ancre quand Mich laisse tomber ses lunettes de soleil…..résultat une branche cassée !!!Des lunettes toutes neuves, il avait perdu les autres !!!! Cinq minutes plus tard elles retombent, l’autre branche cassée et un verre démonté….il recolle le tout avec du scotch rouge sur ses lunettes noires …il va faire un tabac avec les daurades quand elles vont le voir avec son chapeau et ses lunettes…..

les lunettes de star du Mich

On part et Mich me dit je vais fermer les panneaux de pont à l’avant, ça risque de mouiller…je confirme….et effectivement dés que nous prenons notre allure de croisière l’avant du bateau est régulièrement arrosé. Le soir, Mich fait le premier quart, je vais à l’avant prendre mon oreiller et là horreur, la cabine avant est une vraie piscine, les couvertures, les oreillers, un sac de couchage sont complètement trempés….il y de l’eau partout…je cherche la cause et je trouve très vite…un panneau n’avait pas été fermé correctement……..

Je suis inquiet, j’hésite entre l’abus de soleil, de bébête à grandes antennes ou l’abus de ti punch………je ne peux rien faire, même pour le ti punch ….il a payé la moitié du stock et tant qu’il ne tape pas dans l’autre moitié je n’ai rien à dire…..

Mais finalement je vous rassure le reste du parcours se passe bien, on n’aura pas trop de soleil et la consommation de ti punch s’estompe avec le temps frais qui revient au fur et à mesure que nous avançons.

Nous maintiendrons la cadence jusqu’au vendredi ou le vent commence à donner des signes de fatigue. Nous savons que nous devons traverser une zone de deux jours sans espoir de la contourner avec des vents faibles, mais la bonne nouvelle est que l’anticyclone est parti et laisse la place à des vents certes faibles mais plus favorables pour la suite .Le samedi matin à 9hOO c ‘est presque le calme plat et nous avançons à 2 nds au loch  et à peine 0,5 au GPS ! Nous avons du courant contre nous !  A 20h00 nous affalons les voiles dont le battement devient insupportable. Nous passerons la nuit, le dimanche complet à dériver et ce n’est que le lundi matin à 3h2O que nous remettons les voiles que nous affalons 5mns plus tard ! faux départ ! le bon départ a lieu à 4h30. Pendant cet arrêt nous avons reculé de 18milles ! le courant portant au 190 !

Que fait ‘on un dimanche au milieu de nulle part en plein soleil sans vent ? , de la bronzette ! un bain pour moi, on a sorti deux lignes de fond qu’on met sans espoir de pêcher mais simplement pour passer le temps. Nous sommes surpris de voir une daurade coryphène s’intéresser à nos leurres. Chaque fois qu’on remonte une ligne, elle est là , passe et repasse, tourne autour du bateau sans être gênée par notre présence. Le dimanche soir une seconde daurade vient rejoindre la 1ére et toute la soirée et la nuit elles vont tourner autour du bateau jusqu’à notre départ à 4h30. On ne sait pas si elles nous ont suivi ? Toujours est ‘il que le lendemain nous prenons deux daurades en même temps et en mémoire de nos deux compagnes d’un jour nous les remettons à l’eau…..mais c’est juré la suivante on la garde, on a plus de poisson frais !

C’est seulement à 9h30 que nous compensons notre recul tant notre vitesse est lente. Nous sommes en vent arrière dans à peine 10nds de vent, mais nous avançons et en plus sur la route directe. Nous avons sorti le spi que nous rentrerons deux heures plus tard devant la menace d’un grain. Il sera remplacé par le génois sur enrouleur et un foc endraillé sur l’étai largable, les deux tangonnés. Dans ce cas nous affalons la grand voile. Cette disposition est la plus efficace pour le vent arrière et permet la réduction rapide voilure en cas de grain.

Puis le vent retourne au Nord Ouest et c’est au petit largue que nous continuons dans 10nds de vent. Nous progressons à 4-5 nds de moyenne mais toujours sur la route directe. Les fichiers météo pris tous les jours ne sont pas encourageants. On sent que l’anticyclone revient lentement mais sûrement et nous ne pouvons pas y échapper si nous voulons aller à Horta et ça tombe mal car nous tenons à aller à Horta !!! On va donc subir l’anticyclone !

Toute cette deuxième semaine le vent va jouer avec nous  et par trois fois nous affalerons de nouveau les voiles dont deux fois pour la nuit complète ! Autant dire que nous progressons lentement mais nous sommes toujours sur la route directe !

Le dimanche 5 mai à 15h45 on pense avoir fait la moitié du parcours. Nous avons parcouru 1173 Milles et il reste 1162 Milles à faire. On peut dire qu’on a pris notre temps pour cette moitié de parcours puisque cela fait une moyenne de seulement 80 milles par jour. On tablait sur une moyenne de 120 Milles/jour …..On en est loin !

Du lundi 6 au jeudi 9 nous progressons au pré dans une dizaine de Nds de vent pratiquement sur la route directe avec une moyenne journalière qui remonte à 125Milles/jour.

Mais cela se gâte ! L’anticyclone revient au pas de course et les vents tournent à l’est c ‘est à dire qu’ils viennent des Açores et les prévisions à 7 jours sont malheureusement invariables…vent d’Est !

Faible d’abord puisque nous affalerons les voiles une nouvelle fois pour une demi-nuit et que nous ferons deux journées à moins de 80milles/jour avec beaucoup de grains, le vent va forcir et monter jusque 30nds a partir du dimanche 12. Notre progression a l’Est va s’arrêter le samedi soir en même temps que le vent s’établit à l’Est. Nous virerons de bord pour monter plein nord jusqu’au mercredi matin. En effet le vent doit, pour deux jours seulement mercredi et jeudi, tourner au Nord Est avant de revenir Est. Ces trois jours se feront avec une moyenne journalière de 135milles parcourus mais seulement 55Milles de rapprochement ! Nous faisons pratiquement deux milles sur trois pour rien, juste le plaisir !!

Puis comme prévu le vent tourne légèrement Est et le mercredi 15 mai à 3h55 nous virons pour une route presque directe. Le cap a faire est au 91 et nous faisons péniblement du 110 ! je dis péniblement car une nouvelle fois le vent molli et nous n’avançons  plus qu’a 3,5 Nds …..Une galère ! et la promesse de deux journées de vent de nord tombe à l’eau, nous ne sommes pas assez Est pour en profiter pleinement, on va donc se trainer dans 7 à8nds de vent qui à partir du jeudi sont très changeant en direction, ce qui implique une veille permanente pour corriger le pilote dés que le vent change de direction car nous sommes au prés serré et on ne peut pas se permettre de lofer …..

ce matin, jeudi 16 mai, nous avons pêché un thon de 30kgs ! 1.20m et 80cm de tour de taille !!! et heureusement que la deuxième ligne a cassé sinon c ‘était deux qu’on avait….

ça fait une grosse bestiole quand même et comme on en avait pêché un de 7 – 8 kgs avant hier celui de ce matin va finir entièrement en bocaux. Fini la corvée des lignes jusque Horta !

un thon de 1.20m !

la découpe des filets en soulevant la peau .

et voici le premier filet

une fois  les filets ôtés , il ne reste plus que la carcasse et la tête

la découpe des filets pour la mise en bocaux

 On a utilisé presque tous les bocaux qu’on avait…en tout 20 bocaux. on les stérilise 4 par 4 , ça va nous faire 5 cuissons de 1h30 chaque fois…..autant dire que la fraicheur qu’on ressentait quelque peu disparaitra complétement durant ces 7h30 de cuisson !

Les prévisions pour les jours suivant sont décevantes….pas ou peu de vent et le peu qu’il y a est d’Est donc dans le pif et il reste 300Milles à faire …une vraie galère !

Finalement le vendredi après midi alors qu’on se traine péniblement à 2nds à 60° de la route directe et après évaluation du carburant que nous avons , nous  mettons en route le moteur. Nous faisons donc route directe, contre le vent et un restant de houle qui nous freine un peu.

Nous marchons ainsi 24heures environ.Puis le vent revient et c’est impossible de progresser avec le moteur et nous décidons de reprendre notre route à la voile à 60° de la route directe.

Nous attendons du renfort pour terminer notre périple  pour cette fin de semaine…. Deux fins régatiers qu’on va faire bosser…….nous on va prendre des vacances, on aura juste à se mettre les pieds sous la table et donner des ordres…..on va faire une vraie transat !!!!!!!

Finalement nous mettrons donc 29 jours pour faire les 2200Milles prévus qui se transformeront en 2956Milles au total !!!!cela ne fait que 756Milles environ de bonus , soit l’équivalent  d’un aller –retour Douarnenez – Espagne juste pour le fun….! Avec une moyenne de 101Milles/jour ce qui au vu des calmes que nous avons subis n’est pas si mal.

 Nous avons retrouvé des bateaux amis à Horta et l’un a mis 10jours de plus que nous et l’autre , sensé être plus rapide avec 5 personnes à bord parti 24h après nous, arrivera le jour après nous , soit le même temps que nous. on ne va donc pas rougir de notre piètre performance.

un grain devant nous , mais trop loin pour nous inquiéter

le Mich au boulot !

le Mich cherchant ses photos !

première vue de Faial au petit matin. on aperçoit derrière, Pico

3 réflexions au sujet de « transat SAINT MARTIN – FAIAL »

  1. bonsoir les navigateurs.la croisiére s »annonce pas de tout repos. vous venez de changer de cuistot , Henri ne pourra pas tout faire garder la bassine pour la vaisselle ou pour le régime d’ Eric. Ma poule n’oubli pas de lui mettre le gilet de sécurité. Par contre bonne nouvelle la réserve de punch devrait arriver a bon port.Mon pauvre Eric je suis de tout coeur avec toi , quel galère de ne pouvoir manger , toi qui aime tant les bonnes choses, regarde le ciel et pense a la baie de Douarnenez et le petit port de Brézellec ton petit jardin maritimes . Bon courage Alain et Mich ,la relève et la pour le retour. BONNE ROUTE a+ christian

  2. salut le mataf
    est tu très content d’être la ? et pour un bout de temps…
    ou souhaite tu repartir le 1 er juillet au nord ouest voir les anglais (es)
    A+

  3. Bon, samedi dernier j’ai dû marché sous un soleil de plomb et sur un bitume qui fondait presque, jusqu’au siège de l’Amicale des Plaisanciers de Tréboul, Port Rhu, Porz Melen, Ile Tristan, Îlot Saint Michel et autres lieux, pour apprendre enfin que vous étiez arrivés à Douarnenez. Comme si j’avais que ça à faire !!!
    Bref, à quand la suite, maintenant que les pelouses sont tondues et que les autres travaux ménagés sont accomplis (ou que ça donne l’impression que c’est fait) ?

    Hé, ho, on attend, nous. Non mais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>